jeudi 30 mars 2017

POURQUOI IL VAUT MIEUX EVITER D'ETRE HOSPITALISE EN CHINE ... !!

Aujourd'hui, point de belles photos, de destinations exotiques ou insolites.... non, aujourd'hui je viens vous parler d'un tout autre exotisme, de celui dont on aurait pu se passer mais qui, après coup, s'est révélé être une expérience très interessante: les urgences et l'hospitalisation chinoise.




Tout a commencé vers 15:00 lorsque MCT, alors au boulot, a ressenti une très violente et intense douleur dans la partie gauche du thorax et s'est retrouvé complètement bloqué, incapable de bouger.... pris de panique ses collègues et homologues chinois ont vite appelé une ambulance pour le ramener dans notre quartier, où nous avons la très grande chance d'avoir un médecin français mis à notre disposition par notre entreprise. Arrivé au cabinet, la douleur étant toujours aussi intense, le médecin, craignant un problème cardiaque, lui  pose direct une perfusion avec un antalgique puissant et lui fait un électrocardiogramme..... et m'appelle. N'habitant pas très loin et un peu paniquée par la nouvelle, je saute direct sur mon vélo pour rejoindre le cabinet médical, sans manteau, sac.... juste avec mon téléphone.

Arrivée sur place, je suis rassurée, l'électrocardiogramme est normal. Mais la douleur étant toujours présente, le médecin nous annonce qu'il faut aller à l'hôpital spécialisé dans les problèmes cardiaques pour faire d'autres examens et ainsi s'assurer que les douleurs ne sont pas dues au coeur. On appelle donc à nouveau une ambulance.... et c'est là que "l'aventure" commence!!

D'abord on attend l'ambulance, qui met quand même un sacré bout de temps à arriver.... nous chargeons enfin notre malade. Là je reconnais que, malgré l'état douteux du véhicule et le manque de délicatesse des brancardiers, la prise en charge du dossier par le médecin chinois de l'ambulance est tout à fait professionnelle. Je monte également dans l'ambulance ainsi que l'assistante chinoise francophone du médecin français, elle aussi médecin et qui restera avec nous pendant tous les examens.

Il est déjà plus de 17:00, l'heure de pointe dans Wuhan. Et bien que l'hôpital ne se trouve qu'à un peu plus de 20 km mais en plein centre ville, il nous faudra plus d'une heure trente pour y arriver!! 
Et oui, première constatation et pas des moindres: ici les automobilistes se moquent éperdument des ambulances et, malgré la sirène, personne ne vous laisse passer! après plusieurs longues minutes de bouchons, l'assistante du médecin me demande de quitter ma position, plutôt penchée sur MCT, et de bien me caler au fond de mon siège.... (ah oui j'ai oublié de préciser: pas de ceinture de sécurité pour nous mais surtout rien qui bloque la civière et le blessé....) car nous allons passer sur l'autre file!! quoi?? j'ai bien entendu?? et nous voilà partis à fond en contre-sens, sachant que des barrières séparent les voies et nous empêchent donc de retourner dans la nôtre au cas où... Quand on connait la conduite des chinois, je peux vous assurer qu'à ce moment là je me demandais bien quel était le plus grand risque: le problème cardiaque ou l'accident !?!

Après ce long périple nous voici enfin arrivés à l'hôpital et là une bonne surprise: tout est écrit en chinois (bien sûr) mais aussi en français!! et sans faute en plus.... ;-) et oui nous apprendrons ensuite que cet hôpital et l'université qui lui est attachée ont une très forte et ancienne (Chirac) collaboration avec un hôpital français. Par contre, leur effort linguistique s'arrête aux panneaux... faut pas rêver quand même!! 

Deuxième constatation: il faut payer l'ambulance pour qu'ils vous "donnent" votre malade!! et là tu te dis oups!! mei you qian !! (pour les non sinophones: je n'ai pas d'argent !!) et tu bénies encore une fois ton entreprise et l'assistante chinoise qui, elle, a prévu cela et t'avance les frais....

Pendant ce temps là, rassurez vous, MCT était bien pris en charge par l'équipe de l'hôpital et à nouveau: électrocardiogramme, prise de sang.... mais stop!! rebelote!! il faut passer par la case guichet. En effet en Chine, avant même les premiers soins, il faut commencer par payer un premier forfait, certes pas très élevé, mais ensuite, avant chaque examen, à nouveau on avance les frais. Et là, suivant les cas cela peut vite monter! Et oui, pas de sécurité sociale ni de tiers payant ici... néanmoins, ayant récupéré la CB de MCT entretemps, ces problèmes bassement pécuniaires furent vite résolus.

Quant à notre patient, les médecins décident finalement de lui faire un scanner de tout le thorax afin de vérifier l'état du coeur et là, on me demande de bien vouloir pousser le lit jusqu'à la salle. Et oui, ici pas d'aide soignant, c'est à la famille d'amener le patient à chaque examen. Le matériel de scannage est tout à fait moderne, suffit juste de faire abstraction des gravats et tuyaux qui trainent dans le couloir pour cause de travaux dans la salle à côté ainsi que de la poussière qui les accompagne... 

Pas d'anomalie non plus au scanner et après concertation du spécialiste cardiaque et du spécialiste "mécanique" (squelette et muscles) les avis penchent plutôt pour un nerf coincé dans le dos.... par contre, les problèmes cardiaques pouvant apparaître plus tard que la douleur et de toute façon MCT ne pouvant pas se lever, les médecins nous annoncent qu'ils le gardent en observation pour la nuit... et que je dois rester aussi pour le nourrir et le surveiller... Et oui, encore une différence avec notre merveilleux système français, ici il n'y a que des professionnels qui soignent: médecins et infirmiers, pour le reste c'est à la famille de gérer. Et ce n'est pas simple, il faut une personne qui reste toute la nuit et si cela est nécessaire qui veille le malade 24/24, une autre qui lui prépare et lui amène ses repas et le fait manger si ce dernier ne peut se débrouiller seul, plus une autre personne qui pendant ce temps court de médecin en guichet pour faire les files d'attentes afin de régler les frais et récupérer les comptes rendus..... ah et puis j'oubliais, c'est aussi à la famille de faire la toilette et de gérer si le malade ne peut se lever pour ce que vous imaginez... dorénavant, je ne m'étonnerai plus du nombre important de badauds qui trainent dans les couloirs des hôpitaux chinois! (et je ne m'interrogerai plus non plus de ce qu'ils peuvent bien transporter dans un seau en plein hôpital... :-( )

Pour nous, ce sont les fidèles amis aidés de notre précieux chauffeur qui nous ont permis de nous sustenter et de récupérer quelques affaires pour la nuit puisque je vous rappelle que MCT arrivait direct du boulot et que moi je n'avais que mon téléphone (lui aussi fut bien précieux!! du coup lui et moi on ne se quittera plus jamais!!). Finalement la nuit s'est bien passée, nous étions dans une chambre VIP, entendez par là que j'ai eu le droit à un lit ^^, mais pas de salle de bains... faut pas rêver quand même! MCT a bien dormi et moi aussi malgré les moustiques et le brouhaha puissance 10 des chinois déambulant dans le couloir une bonne partie de la nuit.

Au matin, après avoir trouvé de quoi faire un petit déjeuner autrement qu'avec des nouilles et un dernier électrocardiogramme de contrôle, nous eûmes enfin le droit de rentrer chez nous, certes avec un dos encore un peu bloqué pour MCT mais drôlement rassurés!!

Avec du recul, à part la première angoisse, et bien sûr la douleur ressentie par MCT, l'expérience fut assez intéressante. Et c'est dans de tels moments que l'on se rend compte de la chance que nous avons, en France, d'avoir le système médical qui est le nôtre, et que l'on comprend pourquoi tout le monde nous l'envie! 

Quant au système hospitalier chinois, à part le manque crucial d'établissements au regard du nombre de la population, je pense que globalement on peut y être très bien soignés, le personnel soignant et le materiel sont compétents.... Pour peu que vous ayez les moyens et une grande famille à côté pour vous soutenir!  Et puis, quand même, sous réserve que vous n'ayez pas à prendre l'ambulance...!! 


















dimanche 12 février 2017

POMMES, POIRES, ET DES....

De retour des vacances du nouvel an chinois, je partage aujourd'hui avec vous, un peu du quotidien .... de notre assiette!! Et comme nous sommes en plein hiver, qu'il fait froid, prenons des forces et faisons le plein de vitamines !!

Lorsque nous sommes arrivés à Wuhan, cela fait plus de 2 ans maintenant, je vous avais emmenés sur le marché de notre quartier à la découverte des légumes et autres spécialités locales. Et si je reconnais n'avoir toujours pas fait l'effort de goûter toutes ces racines ou feuilles (surtout faute de savoir comment les préparer) je pense par contre avoir testé à peu près tous les fruits que j'ai pu trouver... et je trouvais intéressant de vous les présenter ici. 

On trouve beaucoup de nos fruits habituels en Chine : pommes, raisins, bananes, oranges, citrons, pêches, prunes... avec quand même deux petites remarques : d'une part, je trouve qu'en général ces fruits là, que nous connaissons, sont ici moins bons que chez nous. Et d'autre part, là où chez nous vous trouverez en juin des cerises sur tous les marchés de France, ici (en tout cas à Wuhan...) il est parfois difficile de trouver certains fruits de saison alors qu'ils sont produits dans le pays. Par exemple les fruits de la passion : le Fujian en produit beaucoup et d'excellente qualité, mais nous sommes obligés de les acheter par internet pour en profiter ici.... Autre petite incongruité locale : nous sommes entrés en janvier en pleine saison des fraises!! et oui, ici on ne les trouve qu'en hiver. Par contre elles sont très belles, très bonnes, bien que beaucoup plus fermes que chez nous....

Pour cet article, je ne me suis donc pas attardée sur les fruits que vous connaissez déjà mais plutôt sur ceux qui sont à mes yeux un peu plus exotiques! 


La mangue : il en existe plusieurs variétés, plus ou moins grandes et de plusieurs teintes allant du vert, orange au jaune. Rien de bien original me direz vous sauf qu'il y a une variété de très petites mangues jaunes (8-10 cm), moins sucrées, plus poivrées....excellentes!




Le longane : Il ressemble à un litchi mais est beaucoup plus petit et n'a pas du tout le même goût. Il est vendu sur branche.... Je le trouve moins sucré, un peu plus fade.




En parlant de litchi, voilà un fruit que nous connaissons bien mais qui est vraiment meilleur ici (mon préféré!!). D'abord il est vendu très frais et sur branche aussi. Sa peau est verte, le fruit est très gros et son noyau beaucoup plus petit que celui de Madagascar... un vrai régal mais qui ne dure que quelques semaines vers le mois de juin.




Le fruit de la passion, dont je parlais au début, est lui aussi vendu plus tôt dans le murissement. Sa peau n'est pas encore noircie et flétrie mais la chair en est toute aussi bonne...






Un autre petit fruit délicieux qui ne dure pas longtemps: la jujube. Fraîche, elle ressemble à une petite pomme vert pâle avec un noyau un peu comme celui d'une prunelle et arrive sur les étals à l'automne. Au fur et à mesure du mûrissement sa couleur vire au brun. Elle est également très appréciée sèche et est alors consommée toute l'année, telle quelle ou en cuisine, et est d'ailleurs appelée la datte chinoise.




Un autre fruit, beaucoup plus connu celui là car tellement beau, le fruit du dragon !! il en existe deux variétés : l'une à chair blanche (et grains noirs) et l'autre à chair violette (et grains noirs également). Malheureusement s'il est vraiment superbe, je trouve son goût très décevant et plutôt fade.... à mon avis juste bon pour être figurant dans une salade de fruits....




Dans le rayon agrumes, en plus des citrons et oranges, il y a bien sûr:

        les clémentines : Il en existe plusieurs variétés; Celles que nous connaissons mais aussi de grosses avec une peau toute boursoufflée ou au contraire de toutes petites, de la taille d'une noix. Ou encore des vertes qui sont récoltées en début d'hiver dans la région.




           Il y a aussi le kumquat, dont on mange tout, même la peau, sauf les pépins. J'aime beaucoup son amertume, tout en étant sucré... il faut vraiment que j'essaie d'en faire des confitures... 




             Et surtout le pamplemousse : à ne pas confondre avec celui que nous consommons en France et qui est en fait un pomelo !! le pamplemousse est très gros et peut faire jusqu'à plusieurs kilos. La peau est très épaisse et la chair, qui peut être jaune ou rose,beaucoup moins juteuse que le pomelo. Il est toujours vendu enveloppé dans du plastique et dans un filet.... je me demande bien pourquoi!!






On trouve des pommes en Chine mais très peu de poires. Par contre nous avons le nashi qui ressemble à une pomme, est dur comme une pomme mais a le goût d'une poire!!




Autre fruit saisonnier, le ramboutan : un peu plus gros que le litchi, plus ovale et à la peau rouge garnie de "cheveux". Son goût est très proche de celui du litchi mais il est moins juteux et sa chair a la mauvaise idée de coller au noyau...




Il a un nom qui ressemble au précédent mais il est très différent, c'est le mangoustan ! excellent fruit à la chair acidulée et de la taille d'une petite pomme. Par contre, il est très fragile. Il faut le choisir sans coup et surtout avec des feuilles bien vertes. Pour le déguster, on ne peut pas le couper en deux. Il faut découper la peau très épaisse et très dure sans abimer la chair, qui se présente en plusieurs quartiers avec un noyau dans chaque, et en enlevant bien toute la peau qui est très amère.  Malheureusement, c'est toujours un peu la loterie quand on l'ouvre et parfois, même s'il semblait très beau de l'extérieur, il est abîmé à l'intérieur....




Moins de surprise avec le physalis aussi appelé "amour en cage". C'est bon, un petit goût qui hésite un peu entre la tomate cerise et la groseille à maquereau, mais c'est surtout très décoratif !!




L'hiver, on trouve des kakis. Vous savez ce fruit qui ressemble à une tomate mais qui n'en est pas une!! contrairement aux étals français où on ne le trouve jamais à maturité, ici on le trouve bien à point c'est à dire prêt à craquer... difficile de les ramener tous intacts à la maison! 



On trouve aussi une autre variété de kaki plus petit, plus rouge et plus sucré...

cela ne se voit pas sur la photo mais en fait il est beaucoup plus petit que celui du dessus...



On trouve des melons et pastèques pratiquement toute l'année. Mais suivant les saisons, il y en a de différentes tailles et couleurs.... par contre, et quelque soit la couleur, je trouve qu'aucun de ces melon ne vaut un bon cavaillon!!




Autre fruit très consommé ici : la canne à sucre. Je ne suis pas sûre qu'on puisse vraiment dire que c'est un fruit... mais je vous la présente quand même car elle est très appréciée et on la trouve aussi chez le marchand de fruits. Elle est vendue en tronçons qui seront épluchés et que les enfants mâchouillent à longueur de journée. 




En hiver, nous trouvons beaucoup d'ananas, pas chers du tout et vraiment excellents. Et même si cela n'a rien d'exceptionnel, je voulais juste signaler le fait, très appréciable, qu'ici on vous les épluche à l'achat !! super agréable et tellement plus joli!! 




On ne peut bien sûr pas parler de fruits d'Asie, sans parler du roi des fruits : le durian !! et alors là, autant certains ne sont pas fameux fameux, le durian, à mon goût, est vraiment infect!! Mais bizarrement les chinois l'adorent! Du coup, pleine de curiosité, je l'ai testé dès mon arrivée à Wuhan, mais ai très vite déchanté!! il sent vraiment mauvais et a, en plus, le goût de son odeur.... j'ai même fini pas le jeter car l'odeur dans le frigo était insupportable. Du coup, pour l'article, je n'ai pas eu le courage d'en racheter et vous ai fait des photos direct dans le supermarché....



Vu la taille du fruit, ce dernier est souvent débité sur place et vendu en barquettes

Oh la la !! rien que de voir cela j'ai l'odeur dans le nez et des hauts le coeur....



Voilà pour ce rapide tour d'horizon des fruits que nous avons la chance de pouvoir manger tout au long de l'année. Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive et j'en ai certainement oublié. Je tiens à m'en excuser auprès de vous et des oubliés, j'espère qu'ils ne m'en voudront pas!!


Et après avoir bien profité des vitamines des fruits, faîtes comme les chinois (ah hum....!!) adoptez la mode zéro déchet!!






samedi 7 janvier 2017

SUR LE TOIT DU MONDE....suite

Bon alors là vraiment, je ne sais pas quoi dire pour excuser mon retard.... Oui... je sais... j'avais mille excuses la dernière fois, et, en plus, j'avais dit que je revenais bientôt.... et puis nous voilà arrivés en 2017....
je crois que j'ai trouvé la première bonne résolution que je vais choisir pour la nouvelle année : ne pas laisser le temps filer et surtout arriver à m'imposer un créneau "écriture d'article "!!

Laissez moi commencer par vous souhaiter à tous une excellente nouvelle année avec ce cliché de jolies femmes tibétaines. Que 2017 vous apporte le bonheur, la santé, la prospérité mais surtout la sérénité dans ce monde devenu si stressant.... quand, lors de nos petits périples, je vois tant de gens tellement plus pauvres que nous mais tellement plus gais, je me dis que dans notre société occidentale nous avons peut être un peu perdu le sens des vraies valeurs et surtout une part de notre simple joie de vivre!! que 2017 nous ouvre les yeux et nous aide à nous réjouir des belles choses qui nous entourent et du partage des bons moments.





Reprenons donc ensemble le chemin du Tibet ....





On ne fait pas un voyage au Tibet sans une plongée dans le bouddhisme. Comme je vous le racontais la dernière fois, la religion fait partie intégrante de la vie des Tibétains et en rythme l'existence. Notre voyage fut donc ponctué par de nombreuses visites de monastères et chemins de prières. En général plutôt sobres de l'extérieur, c'est à l'intérieur de leurs salles que ces temples cachent toute leur splendeur et leurs couleurs....malheureusement les photos y étant interdites, ce sont des souvenirs que je ne peux partager avec vous aujourd'hui....


Bien que le bouddhisme soit né en Inde au Vième siècle avant notre ère, c'est au VII ième siècle qu'il s'implante au Tibet sous le règne de Songtsen Gampo et surtout au VIII ième siècle grâce à la venue du Guru Rinpoche, grand maître bouddhiste considéré comme le second Bouddha, et la fondation du monastère de Samyé, le premier monastère du Tibet.


monastère de Samyé






Bien qu'ayant supplanté le Bön, l'ancienne religion du Tibet, le bouddhisme tibétain en a gardé le chamanisme et l'ésotérisme, ce qui crée une cohabitation harmonieuse entre ces anciennes traditions et les pensées plus cléricales du bouddhisme. Car loin d'avoir balayé ces anciennes croyances et divinités, les différentes courants tibétains les ont "apprivoisées" et intégrées à leur propres rites, créant ainsi les différentes écoles actuelles du bouddhisme tibétain.


Yumbulagang, selon la légende premier bâtiment du Tibet, construit au IIsiècle avant JC,
 détruit au cours de la révolution culturelle puis rebâti dans les années 80 suivant les anciens plans 


L'autorité religieuse était assurée à la fois par le Dalaï Lama, titre signifiant "océan de sagesse",  mais également par le Panchen Lama, "le grand érudit", l'autorité de ce dernier étant plus particulièrement présente dans la région ouest du Tibet. Pour l'un comme l'autre, la succession se faisant traditionnellement par réincarnation. Après le décès de l'un ou de l'autre, les Lamas partent à la recherche de plusieurs enfants ayant le potentiel pour être la réincarnation du défunt. C'est grâce à la reconnaissance par l'enfant des objets ayant appartenu au précédent Dalaï Lama ou Panchen Lama, que l'identité de la véritable réincarnation se révèle. Loin d'être adversaires, le Dalaï Lama et le Panchen Lama agissent plutôt en partenaires, le successeur de l'un étant traditionnellement reconnu par l'autre, ce dernier servant même souvent de professeur au jeune impétrant.





















Véritables chefs d'états, leur pouvoir religieux étaient appuyé par le soutien financier des différents chefs de clans locaux selon un véritable système féodal. Lorsque la Chine devint communiste et commença son entreprise de "libération" du peuple tibétain, le 14ième et actuel Dalaï Lama s'enfuit en Inde. D'autorité religieuse il se posa en autorité politique et se proclama chef de gouvernement du Tibet Autonome et fut donc, à ce titre, déclaré persona non grata au Tibet par les autorités chinoises. De son côté, le 10 ième Panchen Lama, en place lors de l'épuration chinoise et après des années de prison et de tortures pour avoir affirmé sa fidélité au Dalaï Lama, décéda en 1989 d'une crise cardiaque, bien que les tibétains aient toujours laissé entendre qu'il aurait été empoisonné.... Son successeur, désigné par le Dalaï Lama, fut emprisonné dès son plus jeune âge par le gouvernement chinois qui en choisit un autre, Gyancain Norbu, actuellement en place et âgé de 27 ans. Lui seul maintenant est officiellement reconnu comme autorité religieuse de la région autonome du Tibet par les autorités chinoises.


Palais du Potala à Lhassa, résidence des Dalaï Lama



Le Palais du Potala vu depuis le haut du Jokhang


 Outre ses remarquables monastères, la région recèle d'autres merveilleux trésors comme le Jokhang à Lhassa. Sanctuaire le plus révéré du Tibet , il fut fondé entre 639 et 647 et abrite, entre autres,  le Jowo Sakyamuni (statue représentant Bouddha jeune), représentation du Bouddha la plus vénérée du Tibet.
 

jour et nuit les pèlerins se pressent devant l'entrée de Jokhang


















Autre monastère remarquable: Drepung, plus grand complexe monastique du Tibet et qui fut le siège des Gelugpas (dits "bonnets jaunes" ou "les vertueux"), l'une des plus puissante école du bouddhisme tibétain et dont est issu le Dalaï Lama, avant qu'ils n'aillent s'installer au Potala à Lhassa. Drepung comptait en ses murs plus de 7000 moines avant la "libération" chinoise.








Un petit coucou de MCT et de notre guide Nathalie






Accroché à flanc de colline au dessus de la vallée de la Kyi-Chu, Ganden fut le premier monastère des Gelugpas. Ce fut aussi celui qui souffrit le plus des destructions chinoises...














Avant de vous quitter je ne peux m'empêcher de partager un petit cliché de l'intérieur d'une des salles du monastère de Drepung.... la qualité de la photo n'est pas terrible car je l'ai volée avec mon portable mais cela vous permettra de vous rendre compte de la richesse et des couleurs des intérieurs. Quant à mon acte de haute délinquance.... étant donné que je n'ai pas pris Bouddha en photo, je pense qu'il me le pardonnera!!





et pour revoir le premier article sur le Tibet c'est ici !!